La lutte des ex-“femmes de réconfort” de l’Armée japonaise

En 1992, Maria Rosa Henson, « Lola Rosa », a brisé le silence : elle a été la première femme philippine à évoquer publiquement l’esclavage sexuel auquel elle avait été soumise par l’Armée impériale japonaise durant la seconde guerre mondiale (1942-45), comme des dizaines de milliers d’autres femmes dans toute l’Asie du Sud-Est (en particulier en Corée). Quelques années après, en 2000, la sortie du film Markova, Comfort Gay (de Gil Portes) a montré que des baklas philippins avaient aussi été forcés à la prostitution par les militaires.

Suite au témoignage et au livre de Lola Rosa, la Task Force For Comfort Women (TFFCW) a été créée : elle a permis la constitution, en 1994, sous les auspices de Gabriela, de Lila Pilipin. Cette organisation a réuni des témoignages sur 174 cas de femmes ayant été victimes d’esclavage sexuel et a demandé à la justice philippine que soit exigé des excuses et une réparation par le gouvernement japonais. Parmi les 174 victimes recensées, 65 sont malheureusement déjà décédées.

Les États-Unis, le Canada, les Pays-Bas et l’Union européenne ont déjà voté des résolutions soutenant les exigences des mouvements des ex-« femmes de réconfort » de l’Armée japonaise. Le 8 novembre dernier, Gabriela a présenté au Parlement une résolution demandant au Japon de reconnaitre sa responsabilité historique pour la mise en esclavage sexuel de femmes philippines pendant la seconde guerre mondiale.

Il y a quelques mois, la Cour suprême philippine avait débouté l’action en justice intentée par Lila Pilipin. Or il s’est avéré que la décision de la Cour était un vulgaire copier-coller d’une décision prise par une cour américaine dans une affaire similaire. Ce cas de plagiat a été porté devant les tribunaux.

Pour lire les témoignages de Narcisa Claveria (« Lola Isa »), 80 ans et de Pilar Frias, 84 ans, forcées à la prostitution alors qu’elles étaient adolescentes, voir le site de Bulatlat.

Advertisements
This entry was posted in femmes. Bookmark the permalink.

2 Responses to La lutte des ex-“femmes de réconfort” de l’Armée japonaise

  1. Pingback: For More Than Half a Century, Justice Remains Elusive to Filipino Comfort Women | JCIG

  2. Pingback: For More Than Half the Century, Justice Remains Elusive to Filipino Comfort Women | LOANEWS

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s