Les enfants philippins sont aussi victimes de la sale guerre anti-insurrectionnelle

Notre blog a évoqué comment les militants politiques, mais aussi des journalistes, tout comme de simples paysans et travailleurs, sont victimes de la lutte anti-insurrectionnelle mise en place par le gouvernement philippin, sous le nom d’Oplan Bantay Laya, pour lutter contre le mouvement communiste. Or les enfants sont aussi victimes de cette sale guerre, qu’ils soient accidentellement pris dans des tirs ou qu’ils soient eux-mêmes la cible de la répression.

L’ONG Center for the Rehabilitation of Children (CRC) vient de publier un rapport qui recense de nombreux cas où des enfants ont été les témoins directs de l’assassinat politique de leurs proches et des traumatismes qui en découlent. Parmi les exemples récents, citons l’assassinat de Fernando Baldomero, auquel a assisté son fils de 12 ans. Parmi les traumatismes observés, le CRC note de fréquentes phobies des militaires, mais aussi des tricycles (souvent utilisés lors des assassinats). Certains enfants développent un sentiment de culpabilité, d’autres sont excessivement angoissés pour leurs proches, d’autres encore doutent d’eux-mêmes ou de leurs parents.

Le CRC souligne également que les enfants des paysans, des pêcheurs et des travailleurs, les cibles habituelles des opérations militaires, subissent également les effets d’Oplan Bantay Laya. Selon le CRC, depuis sa mise en place en 2001, 77 enfants ont été tués, 58 ont survécu à des tentatives de meurtre, 77 ont été incarcérés, 4 ont disparu, 56 ont été torturés et 21 ont été utilisés comme guides ou comme boucliers humains par des militaires.

Les enfants sont également victimes des évacuations forcées de civils par les militaires. Le CRC estime que, depuis 2001, 128 000 enfants ont été évacués et obligés à vivre dans des camps. Il arrive que les enfants cherchent à revenir chez eux et soient alors pris pour cibles par les militaires. Lorsqu’ils ne sont pas tués, les enfants sont accusés par l’Armée d’appartenir à la NPA.

Pour un compte-rendu plus détaillé du rapport du CRC.

Advertisements
This entry was posted in Assassinats politiques et disparitions. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s